Que puis-je espérer chez Free ?

Publié le par titeuf

TV, débit... tout savoir sur votre éligibilité:


Vous allez vous abonner chez Free. 28 mégas, TV Haute Définition, 300 chaînes, Wifi MIMO,... l’offre est alléchante. Mais attention : certains auront de désagréables surprises en installant leur Freebox. Autant les éviter dès maintenant en suivant le guide...

Votre éligibilité dépend de deux données essentielles :

> le dégroupage de votre central téléphonique (NRA)

> la qualité de votre ligne téléphonique

Quelques définitions utiles :

Tout d’abord, la première chose à savoir est la distinction -capitale- entre un dégroupé et un non dégroupé.Free installe, depuis 2002, ses équipements ADSL (DSLAM) dans les centraux téléphoniques (NRA) de France Télécom. A ce jour, plus de 2000 centraux sont équipés sur 13000, ils couvrent plus de 60% des lignes RTC en service, et Free dégroupe désormais 500 NRA par an environ.

Un abonné dégroupé est un abonné à l’ADSL relié à un équipement de l’opérateur alternatif auquel il a souscrit, en complément ou non de l’abonnement RTC de France Télécom. Au contraire, l’abonné non dégroupé est relié à un DSLAM appartenant à France Télécom, mais n’a pas forcément d’abonnement France Télécom classique.

Il y a donc 4 types d’abonnement chez Free :

* Dégroupage partiel : Freebox sur DSLAM Free + ligne France Télécom

* Dégroupage total : Freebox seule sur DSLAM Free

* IP/ADSL : Freebox sur DSLAM France Télécom + abonnement France Télécom

* ADSL nu (offre Freebox Only) : Freebox seule sur DSLAM France Télécom

Les zones dégroupées sont renseignées sur une carte disponible ici et régulièrement mise à jour.

Comment décrypter cette carte ? Et surtout, comment l’exploiter ? Un tutorial vous est destiné : il est disponible ici.

Concernant le débit, il faut d’abord savoir que Free n’annonce pas le débit en mégaoctets par seconde (l’unité couramment utilisée, notamment pour la taille d’un fichier) mais en mégabits par seconde. Or, un octet (en Anglais, un "byte" (noté B et non b)) est égal à 8 bits ! Donc, les 28 Mb/s de départ ne donneront plus que 3.5 Mo/s... et non 28 Mo/s !

De plus, Free annonce son débit en norme ATM, c’est à dire un débit brut : sur votre ligne, schématiquement, les paquets qui circulent comprennent des données utiles (celles que vous recevez), mais aussi 20% de données inutiles, destinées à corriger des erreurs qui se produiraient dans la transmission des données, où à déterminer si le paquet est destiné à un ordinateur, au décodeur TV ou au système gérant la téléphonie sur Internet. Sur les 28 Mbps de débit initiaux, seuls 22.4 Mbps soit sont donc effectifs : on parle de débit en norme IP.

Pour résumer : 10 Mbits/s ATM affichés et obtenus lors de la synchronisation de la Freebox = 1 Mo/s effectivement disponible sur votre ordinateur.

Enfin, seules les lignes les plus courtes auront accès à un tel débit : plus une ligne est longue, plus le signal est affaibli ; des fréquences ne sont plus captées ; donc le débit baisse. Dans les faits, un débit de 12 Mbps IP (soit 1,5 Mo/s) est considéré comme excellent, par exemple.

Une comparaison du débit théorique et réel a été réalisée sur les lignes dégroupées en 2005 : depuis, le débit des lignes longues a légèrement augmenté.

Qu’en déduire ensuite sur vos futurs services ?

> si vous êtes situé en zone non dégroupée :

* vous recevrez le modem-routeur Freebox V4.

- Contrairement à la Freebox HD, elle n’est équipée du Wifi qu’en option -30€ livraison incluse-, et le Wifi est de moindre qualité, puisqu’il est de type 802.11g au lieu de 802.11n, soit un débit théorique de 54 Mbps maximum au lieu de 300 et une portée plus courte.
- Elle n’est équipée que d’un seul port Ethernet
- Elle ne permet pas directement l’utilisation du service SIP : depuis quelques temps, une adresse IP fixe est obligatoire, et celle-ci n’est qu’une option -gratuite- en non dégroupé
- elle dispose toutefois d’un serveur d’impression et d’un médiacenter, le Freeplayer, permettant de de lire des vidéos de votre PC sur votre TV.

* Les accords entre Free et France Télécom (chez qui passent toutes les données) ne permettent pas la réception du service Télévision. En effet, si, sur son propre réseau, Free peut gérer les données de manière à ce que chaque DSLAM reçoive une fois un flux vidéo, et le redistribue pour 1, 10, 100 ou 1000 abonnés selon l’audience, ici, si 1000 abonnés regardaient la même chaîne sur un même DSLAM, celui-ci recevrait 1000 fois le même flux, et sa bande passante se révèlerait nettement insuffisante : tout le monde recevrait un flux dégradé. Un service de remplacement,reservé aux abonnés Free est cependant disponible, mais n’offre pas la même quantité de chaînes (une vingtaine) ni la même qualité (encodage à moins de 500 kbps, soit 3 fois moins que la chaîne la moins bien encodée sur FreeboxTV...).

La téléphonie est également affectée : il est impossible de gérer la priorité entre les services ; ainsi, si votre bande passante est saturée par un téléchargement, le service téléphonique sera très dégradé par manque de débit.

* Le débit est en général inférieur : en effet, si en zone dégroupée Free donne le débit maximal disponible sur la ligne, France Télécom (et tous les autres fournisseurs d’accès) utilisent des paliers de débit, en fonction de la qualité théorique de la ligne. Un abonné dont la ligne mesure 1999m n’est donc pas forcément éligible aux mêmes services que son voisin, raccordé au poteau d’en face, dont la ligne mesure 2000m... et si des travaux améliorant la ligne sont réalisées, mais que les bases de données ne sont pas à jour, l’abonné est injustement bridé. Mais ces cas restent rares.

Les paliers sont les suivants :

- affaiblissement de la ligne supérieur à 78 dB : ligne inéligible
- affaiblissement compris entre 70 et 78 dB : si le NRA est équipé, la ligne est éligible en ReADSL 608 kbps ATM (512 kbps IP). Sinon, la ligne est inéligible.
- affaiblissement compris entre 53 et 70 dB : sur tous les NRA, la ligne est éligible en ADSL 1216 kbps (1024 kbps IP)
- affaiblissement compris entre 43 et 53 dB, ou NRA non fibré (donc non compatibe avec un débit supérieur) : la ligne est éligible en ADSL 2432 kbps (2048 kbps IP)

Au delà, si le NRA est fibré, donc compatible avec l’offre 8 MégaMax d’Orange, la ligne est éligible au profil ADSL MAX, et les débits sont les suivants, sauf si le DSLAM est de type ECI :

- affaiblissement compris entre 41 et 43 dB : de 3,6 à 4,8 Mbps (soit 3 à 4 Mbps IP)
- affaiblissement compris entre 38 et 41 dB : de 4,8 à 6,2 Mbps (soit 4 à 5 Mbps IP)
- affaiblissement compris entre 32 et 38 dB : de 6,2 à 10,2 Mbps (soit de 5 à 8 Mbps IP).

- affaiblissement inférieur à 32 dB : si le NRA est équipé ADSL2+, et sur tous les DSLAM, même ECI, la ligne est éligible à l’ADSL Max2, le débit va jusqu’à 22,4 Mbps (soit 18 Mbps IP) ; sur certaines lignes exceptionnelles, on a relevé des débits atteignant 25 Mbps.

Sur un NRA idéal, le débit obtenu varie donc ainsi :

Le débit montant varie entre 160 kbps (débit descendant inférieur ou égal à 2 Mbps) et 1 Mbps (débit supérieur à 2 Mbps).

La distinction du type de DSLAM provient d’une incompatibilité logicielle entre les DSLAM de type ECI de France Télécom et les Freebox (plus généralement les box de tous les fournisseurs, semble-t-il, en profil MAX (débit compris entre 2,4 et 10 Mbps) : la synchronisation ne se fait pas.

Ainsi, si votre ligne est éligible à l’ADSL MAX mais pas à l’ADSL Max2, Free vous raccorde systématiquement en palier débit 2432 kbps pour éviter une absence de connexion. La migration de débit vers l’ADSL MAX est ensuite offerte sur demande.

France Télécom utilise aussi des DSLAM de type Alcatel, ECI et Lucent : pour savoir lesquels équipent votre NRA, rendez-vous sur Stats-Degroupage

Si plusieurs types de DSLAM équipent votre NRA, dont des ECI, le passage en profil MAX est un risque à courir, le retour en 2 Mbps étant possible gratuitement, mais plusieurs jours sont nécessaires à la migration...

Certaines zones non dégroupées sont vouées à être dégroupées à terme : les abonnés seront alors migrés, selon les conditions décrites dans un prochain tutorial.

> Si vous êtes situé en zone dégroupée :

Free est alors maître de tout le réseau, sauf de votre ligne qui reste propriété de France Télécom, qui est le seul habilité à intervenir dessus. Free peut alors vous offrir

* la Freebox v5/HD, comprenant 2 boîtiers :

- un modem-routeur ADSL, donnant accès à la téléphonie, incluant le Wifi (norme 802.11n) et 5 ports ethernet
- un décodeur TV, compatible haute définition, magnétoscope numérique équipé d’un disque dur de 40 Go, d’un encodeur pour diffuser des vidéos, un médiacenter intégré (permettant de raccorder un disque dur externe ou de transférer des fichiers vidéo sur le disque dur), équipé d’un tuner TNT-HD pour les lignes au débit insuffisant.
- deux boîtiers CPL (incluant l’alimentation des deux Freebox) permettant de les relier sans fil : les Freeplugs.

* un débit ADSL maximal, sans palier. La ligne de 1999m et celle de 2000m ont ainsi un service presque équivalent, sous réserve qu’elles soient dans le même état, qu’elles bénéficient d’un câble du même calibre et qu’elles soient soumises aux mêmes perturbations électromagnétiques.

Il est toutefois rare que 2 lignes théoriquement équivalentes offrent le même débit : celles-ci n’étant pas raccordées de la même façon, aux mêmes endroits, dans le même état, etc, l’on observe souvent des différences importantes, allant jusqu’à 20% dans des cas normaux, voire plus dans des cas extrêmes de lignes mal câblées (par exemple des câbles passant le long d’un tramway...)

Grâce à des DSLAM conçus spécialement pour les Freebox, le débit est nettement meilleur, notamment sur les lignes longues, depuis le lancement du procédé "DSLsafe" en 2007. Le débit maximal est de 28 Mbps, l’éligibilité maximale est d’environ 80 dB. Bien entendu, le débit est toujours d’autant plus faible que la ligne est longue, mais dans des proportions moindres.

* une absence de bridage quelle que soit le service utilisé, et une qualité d’écoute nettement supérieure en ce qui concerne la téléphonie (placée en priorité : le débit Internet sera légèrement réduit pendant l’utilisation du téléphone pour optimiser sa qualité).

* et surtout, la télévision. 300 chaînes au maximum dont 150 offertes, dont une dizaine en haute définition, et 32 en bas débit à ce jour, plus un tuner TNT HD, et des milliers de films à la demande et des dizaines de radios : de quoi plaire à tout le monde ou presque.

- si votre débit est supérieur à 7,5 Mbps (soit 6 Mbps IP), vous recevez toutes les chaînes haute définition via l’ADSL. A 6,5 Mbps, TF1 HD est exclu, ainsi que la vidéo à la demande en haute définition. On considère que les lignes dont l’affaiblissement est inférieur à 40 dB peuvent recevoir la HD.

- si votre débit est supérieur à 4 Mbps (soit 3,2 Mbps IP), vous recevez les 150 chaînes gratuites et 150 payantes, ainsi que la vidéo à la demande, les vidéos de TV Perso et la radio. Cela correspond aux lignes d’un affaiblissement allant jusqu’à 55 dB environ.

- si votre débit est supérieur à 2,1 Mbps (soit 1,7 Mbps IP), vous recevez 32 chaînes (dont une dizaine de chaînes payantes) encodées en bas débit. Grâce à un encodage plus performant, la qualité est identique, mais toutes les Freebox en service actuellement ne sont pas compatibles. A terme, toutes les chaînes seront migrées en bas débit. Les lignes ayant un affaiblissement atteignant 60 à 65 dB sont en général éligibles.

- si vous faites partie des malchanceux qui ont une ligne très longue, vous ne recevrez pas ces chaînes ; toutefois, Free vous livrera quand même un boîtier HD, et son tuner TNT-HD ainsi que ses fonctions multimédia vous seront accessibles comme tout abonné dégroupé.

Grâce au disque dur intégré, il est possible de combiner 2 flux (enregistrement sur le disque et visionnage), il suffit alors d’additionner les débits. Les débits n’étant pas séparés, l’utilisation du service Télévision réduit le débit disponible pour le téléchargement de 200, 400 ou 650 ko/s (à additionner de même dans le cas d’une utilisation de plusieurs flux.

Free met également à votre disposition un service multiposte permettant de visionner la plupart de vos chaînes télévisées sur vos ordinateurs ; dans tous les cas, le nombre de flux reste limité à 2 (plus un via le tuner TNT). Il est enfin possible de louer un second décodeur (avec ou sans disque dur), pour 5 à 10€ par mois.

* Un meilleur service après vente grâce à une possibilité d’intervention à domicile (pour tester la ligne, ou la Freebox...)

Commenter cet article